• La série Altered Trees fait partie du projet Resistance Activities.
    a série _Altered Trees_ fait partie du projet _Resistance Activities_.
  • La série Altered Trees fait partie du projet Resistance Activities.

    La série Altered Trees fait partie du projet Resistance Activities.
  • La série Altered Trees fait partie du projet Resistance Activities.

    La série Altered Trees fait partie du projet Resistance Activities.
  • La série Altered Trees fait partie du projet Resistance Activities.

    La série Altered Trees fait partie du projet Resistance Activities.
  • La série Altered Trees fait partie du projet Resistance Activities.

    La série Altered Trees fait partie du projet Resistance Activities.
  • La série Altered Trees fait partie du projet Resistance Activities.

    La série Altered Trees fait partie du projet Resistance Activities.
  • La série Altered Trees fait partie du projet Resistance Activities.

    La série Altered Trees fait partie du projet Resistance Activities.
  • La série Altered Trees fait partie du projet Resistance Activities.

    La série Altered Trees fait partie du projet Resistance Activities.
  • La série Altered Trees fait partie du projet Resistance Activities.

    La série Altered Trees fait partie du projet Resistance Activities.
  • La série Altered Trees fait partie du projet Resistance Activities.

    La série Altered Trees fait partie du projet Resistance Activities.

Ibán Ramón


La série de photographies Altered Trees de Ibán Ramón fait partie d’un projet global nommé Resistance Activities. Divisé en sept séries, le projet Resistance Activities représente un cycle : de l’arbre au paysage, du paysage à l’arbre mort, puis du paysage abimé à la résistance des humains. Ibán Ramón parle dans son travail de la relation entre l’humain et la Nature, où le paysage est le témoin victime de cette relation.
Le projet fixe des images où se mêlent résistance et persévérance ; des arbres pliés par le vent, des terres maltraitées par l’homme, puis qui reprennent le dessus, ou des personnes courbant les épaules face à d’impitoyables paysages. En capturant ces attitudes, ces résistances passives, Ibán Ramón reflète aussi son propre processus de survie. Il voyage parfois très loin uniquement pour trouver un lieu étranger et pour tenter de révéler une partie de lui-même.
Ses photographies sont toujours prises en jours de ciel gris, comme un fond neutre photographique, cela permet aussi de se concentrer sur le sujet qui l’intéresse. Le photographe se sert également du brouillard comme d’un outil, qui gommerait les informations de l’image non nécessaires et qui pourraient distraire celui qui les contemple.
Ibán Ramón travaille aussi au sein du studio de design graphique Ibán Ramón + Dídac Ballester à Valence en Espagne.

© Ibán Ramón
Le site d'Ibán Ramón : www.ibanramon.com/photography



Articles similaires